top of page
Rechercher

Petit dialogue

Petit dialogue de la souffrance avec Liberté et Prison :


Au tout début de notre blessure, la souffrance prend et occupe toute la place en nous. Des émotions nous traversent telles que la peur, la tristesse, la culpabilité, la honte, l'injustice, l'abandon, la trahison,...


Puis petit à petit, la souffrance transmute pour une séparation dûe au désir et l'élan d'une partie.


C'est alors que la souffrance se divise en deux parties bien distinctes en soi :


Une partie de la souffrance que je nommerai Liberté veut se libérer, se guérir et se transformer et puis une autre partie que je nommerai Prison tient, entretient la part douloureuse.


Liberté implore Prison de lâcher la souffrance car Liberté aspire au changement et à la guérison.


Liberté : Prison, pourquoi continuer de porter et d'entretenir la souffrance passée encore aujourd'hui ?


Prison : Je sais que tu rêves d'une autre vie, d'un autre état d'être, je t'aime et pourtant je te sabote... Je suis prisonnière de moi-même !


Une lutte intérieure de tous les instants s'effectuent ! Un combat acharné de survivance, de légitimité entre les deux parties !


Les personnes fortes ont la capacité de faire taire en soi cette partie qui hurle de douleur et que personne n'entend. Cependant elle existe toujours et jusqu'au jour où elle réapparaît plus puissante que jamais !


Personne sauf toi-même.


Prison : Plus tu veux te sauver, te libérer et plus tu déclenches en moi un tsunami, une vague de rebellion qui ressèrent les lignes autour de toi.


Liberté : Pourquoi ?


Prison : parce que cette partie de moi demande à survivre, à vivre encore et encore pour témoigner de ce que nous avons enduré, traversé, souffert. Qui sera le témoin de notre passé ? Et puis à quoi je servirai, une prison vide est inutile !


Pour s'en sortir, la partie Liberté passe par une phase de marchandage, de pouvoir puis de discussion avec la partie Prison. Liberté reconnait la souffrance en Prison qui demande à exister. Prison correspond à une facette de Victime qui demande de la réparation, vengeance...


Pour éviter de sombrer dans une folie intérieure, Liberté alterne des instants de mieux être et des instants de sabotage intenses ne pouvant se résoudre à lâcher elle-aussi Prison.


Ce décalage renforce encore plus la souffrance intérieure de Prison qui monte des murs plus hauts, plus durs.


Jusqu'au jour, où Liberté abandonne tout espoir de s'en sortir, de se libérer. Elle se rapproche de Prison et se met à discuter avec elle, le coeur ouvert, en toute authenticité comme à une amie.


Les deux parties se rapprochent dans leur intimité et Liberté aime Prison et petit à petit Prison tombe amoureux de Liberté.


L'Amour coule en elles deux nettoyant, effondrant tous les murs érigés par Prison. Et Liberté se sent libre, joyeuse, légère avec à ses côtés, sa meilleure amie, Prison qui avance avec elle sans l'enfermer, sans la retenir, sans la saboter.


Ensemble dans l'Amour, l'Union de Liberté et de Prison devient un merveilleux pouvoir extraordinaire de guérison et de libération intérieure !


💖💖auteure Laurence Simonnet



9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentários


Post: Blog2_Post
bottom of page